Leaderboard

Aucun choix d'articles!     Panier  
Vous êtes ici: Nouvelles 11. Août 2020
Recherche
Gastroplattform
Nouvelles
Recherche avancée
Dépistage / diagnostic
Traitements
Directives
Perfectionnement
Nouvelles
Recherche de documentation spécialisée
Congrès et sessions
Services et outils
Liens
Rect Top
  Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

 
Achalasie: Dilatation versus opération
 
Des troubles de la déglutition liés à une achalasie œsophagienne sont de plus en plus traités par la myotomie laparoscopique selon Heller. Dans une étude récemment publiée par le NEJM, des personnes affectées d’une achalasie ont été traitées soit par une opération, soit d’une manière moins invasive grâce à la dilatation pneumatique.

Les auteurs ont inclus dans leur étude 201 patients avec une achalasie fraichement diagnostiquée. En fonction de la randomisation, les malades ont bénéficié soit d’une opération laparoscopique selon Heller avec fundoplication, soit d’une dilatation pneumatique. Des contrôles annuels ont eu lieu avec notation selon le score d’Eckardt (0-12 points, tel que 12 = symptomatique maximale). L’objectif primaire de l’étude était le taux de réussite de la thérapie, défini comme une amélioration du score d’Eckardt, et se dernier ayant une valeur maximale de 3. Les objectifs secondaires étaient la nécessité d’un nouveau traitement, la pression dans le sphincter œsophagien inférieur, la vitesse de vidange de l’œsophage, la qualité de vie et le taux de complications. Le follow-up moyen était de 3.5 années.

 

Dans l’analyse intention-to-treat, le taux de réussite était de 90% après une année et de 86% après deux ans pour le groupe-dilatation, alors qu’il était de 93% après 1 an et de 90% après 2 ans pour le groupe-myotomie (p = 0.46). Les objectifs secondaires non plus n’ont pas montré de différences significatives entre les deux groupes. Les résultats dans l’analyse per-protocole étaient identiques. 4% des patients ont souffert après la dilatation d’une perforation de l’œsophage et 12% de blessures de la muqueuse après la myotomie. Une exposition acide était visible chez 15% du groupe-dilatation et chez 23% du groupe-myotomie (p=0.28).

 

Conclusion des auteurs: il ne faut pas s’attendre dans les 2 années suivant le traitement des patients souffrant d’une achalasie à plus de succès après une myotomie laparoscopique selon Heller qu’après une dilatation pneumatique.


N Engl J Med 2011;364:1807-1816 - Boeckxstaens GE et al

26.07.2011 - dde


 
Rect Bottom
Adserver Footer
 

Sky right 1