Leaderboard

Aucun choix d'articles!     Panier  
Vous êtes ici: Nouvelles 11. Août 2020
Recherche
Gastroplattform
Nouvelles
Recherche avancée
Dépistage / diagnostic
Traitements
Directives
Perfectionnement
Nouvelles
Recherche de documentation spécialisée
Congrès et sessions
Services et outils
Liens
Rect Top
  Écriture: écriture augmenter écriture diminuer Envoyer comme e-mail Aperçu avant impression

 
Une métaanalyse confirme l’efficacité des biologiques contre l’IBD
 
Les biologiques font partie des nouvelles options thérapeutiques contre la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse. Les auteurs d’une métaanalyse ont inspecté l’efficacité de divers biologiques en fonction de l’induction d’une rémission et de son maintien.

Les auteurs ont consulté les banques de données Medline, Embase et Cochrane Library. Ils ont pris en compte les études portant sur l’effet des inhibiteurs du TNF-alpha et ainsi que celui du natalizumabe, comparé à celui d’un placébo chez des adultes atteints d’un IBD (Inflammatory Bowel Desease). Les objectifs primaires étaient l’induction d’une rémission ainsi que le maintien de celle-ci.

 

Des 3061 articles identifiés, 27 études ont rempli les critères d’inclusion de la métaanalyse. Les inhibiteurs du TNF-alpha ainsi que le natalizumabe étaient supérieurs au placébo en ce qui concerne l’induction d’une rémission lors d’une maladie de Crohn (risque relatif [RR], aucune rémission atteinte = 0.87). Les inhibiteurs du TNF-alpha étaient aussi efficaces pour le maintien de la rémission lors de la maladie de Crohn (RR pour une récidive = 0.71). L’infliximabe s’est montré être un médicament efficace pour induire une rémission lors d’une colite ulcéreuse moyenne à fortement active (RR, aucune rémission atteinte = 0.72). Le NNT s’élevait à 4. Il a aussi été démontré que l’infliximabe pouvait avoir un effet bénéfique contre la formation de fistules lors de la maladie de Crohn.

 

Conclusion des auteurs: les biologiques sont des médicaments efficaces pour induire une rémission lors d’un IBD actif, ainsi que pour maintenir la rémission lors d’une maladie de Crohn inactive.


Am J Gastroenterol 2011;106:644–659 - Ford AC et al

25.07.2011 - dde


 
Rect Bottom
Adserver Footer
 

Sky right 1