Leaderboard

Fr | De
Aucun choix d'articles!     Panier  
Vous êtes ici: Congrès et sessions » Rapports des congrès 06. Mars 2021
Recherche
Gastroplattform
Rapports des congrès
Recherche avancée
Dépistage / diagnostic
Traitements
Directives
Perfectionnement
Nouvelles
Recherche de documentation spécialisée
Congrès et sessions
Agenda des congrès en Suisse
Agenda des congrès internationaux
Services et outils
Liens
Rect Top
  Écriture: écriture augmenter écriture diminuer

Cancer du côlon

Le surpoids comme facteur de risque pour les polypes

Une équipe de l’université de New York a étudié les valeurs IMC actuelles et antérieures de personnes adultes, qui s’étaient présentées pour un dépistage par colonoscopie (résumé 314). Cette étude mettait en évidence une association significative entre l'IMC et le taux de polypes : la prévalence de polypes pour les personnes en surpoids depuis plusieurs années atteignait 27% et 13% pour les personnes dont l’IMC était normale et constante. Le risque de polypes était de 19% chez les patients auparavant de poids normal et à présent  en surpoids. D’après les auteurs de l’étude le surpoids chronique serait un facteur de risque important pour les polypes et vraisemblablement aussi pour le développement du cancer colorectal.

 

Dépistage

Une étude posait la question suivante : est-ce que la colonoscopie virtuelle pouvait supplanter en partie la colonoscopie standard ? (résumé 683). Certes la colonoscopie virtuelle présentait l’avantage d’être très peu invasive, cependant les inconvénients majeurs concernaient l'impossibilité de diagnostic histologique et de traitement dans une même scéance. L’analyse de Pfau et de ses collègues au cours des années 2003 à 2008 montrait cependant que la colonoscopie virtuelle n’empêchait pas la pratique de la colonoscopie traditionnelle aux USA. Au contraire : bien qu’on observait une augmentation des colonoscopies virtuelles (dans 8,5% des cas), on pratiquait également plus de colonoscopies endoscopiques (dans 86,6% des cas).

 

Traitement

Chez les patients atteints à 100 % d’un cancer prématuré du côlon, non invasif et intramuqueux, la survie à 5 ans sans maladie était indépendante de la résection locale ou radicale de la tumeur. On constatait une survie de 5 ans sans maladie plus importante si la résection était radicale, chez les patients souffrant d’une tumeur T1 ayant atteint la sous-muqueuse. Le taux de récidive atteignait 3% après une résection radicale et 13% après une résection locale. La survie totale à 5 ans parlait en faveur de l’opération radicale. Ces résultats d’une étude portant sur plus de 500 patients ont été présentés à la semaine des maladies digestives (résumé 230). 

 

 
Mediscope/DDW 2010
 
20.06.2010 - dde
 



 
Rect Bottom
Adserver Footer
 

Sky right 1